Taux de refinancement

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en décembre 2021

Sommaire

Le taux de refinancement correspond à celui auquel les banques et institutions financières empruntent auprès de la Banque Centrale Européenne (BCE).

Le 16 mars 2016, la BCE a baissé son taux central, véritable curseur du crédit en zone euro, de 0,05 % à 0 %;

Lorsque ce taux diminue, la demande de crédit est stimulée, car les banques et institutions financières se procurent de l’argent « frais » au guichet de la BCE à des conditions inégalables. Ces liquidités peuvent ensuite être reprêtées avec, en retour, un effet stimulant sur l’économie.

Quel est la mécanique du taux de refinancement ?

Techniquement, le taux de refinancement aussi appelé « taux de refi », correspond à celui des liquidités empruntées par les banques commerciales auprès de la BCE.

La BCE dispose de 3 taux : le taux de prêt marginal, le taux de dépôt et son taux principal.

Prêt marginal

Il s’assimile à une facilité de caisse permanente. C’est le taux auquel les banques commerciales peuvent emprunter des liquidités en cas d’urgence par le biais de prêts ou de dépôts à 24 h.

Taux de dépôt

C’est le taux correspondant à la rémunération que les banques obtiennent en plaçant leurs excédents de trésoreries auprès de la BCE. Ce taux est aujourd'hui négatif (- 0,50 % depuis le 18 septembre 2019).

Taux central

Ce taux de « refi » est utilisé lors des opérations de refinancement (« open market ») durant lesquelles la BCE propose des liquidités aux banques commerciales.

Ce taux est actuellement à zéro. Pour un particulier, de telles conditions s’apparenteraient à la possibilité d’obtenir un crédit gratuit quel que soit le type de financement dont il a besoin.

L’impact de ce taux de refinancement sur l’économie est considérable. Avant de prêter de l’argent aux ménages (avec une marge d’intermédiation), les banques l’empruntent d’abord au guichet de la BCE. En conséquence :

  • Si le taux de « refi » baisse, elles s’approvisionnent à prix cassé. La masse monétaire augmente et la demande de crédit est stimulée, car les ménages peuvent s’endetter à moindre coût auprès de leurs guichets. Un bon exemple du genre est fourni par les prêts immobiliers. Depuis 2008, leur taux a chuté de 5,30 % à moins de 2 % ;
  • Si le taux de « refi » monte, c’est le phénomène inverse qui se produit : le coût de la ressource augmente pour les banques qui reprêtent ces liquidités à un prix plus élevé. Les taux grimpent. Du coup, la demande de crédit baisse.

Quels sont les impacts du taux de refinancement sur le marché interbancaire ?

Le taux de refinancement de la BCE a une influence directe sur les taux courts du marché interbancaire : Euribor et Eonia :

  • L’Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) correspond au taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro à concurrence d’un an.
  • Eonia signifie Euro OverNight Index Average. Il s’agit du taux d'intérêt interbancaire pour la zone euro. Son échéance est généralement de 1 jour.

La variation de l’Eonia a un impact sur la vie économique quotidienne.

Ce taux sert en effet de sous-jacent à de nombreuses opérations et aux produits financiers. Dont :

  • le livret A dont le taux de rémunération est en partie basé sur l'Eonia ;
  • les SICAV et fonds communs de placement monétaire, calés sur ce taux ;
  • les prêts immobiliers à taux variable à qui il sert de référent ;
  • les options ou les contrats utilisés sur les marchés dérivés qui utilisent parfois l'Eonia comme sous-jacent.

La baisse du taux de refinancement a aussi une influence sur les prêts immobiliers à taux fixe dans la mesure ou elle pèse sur le rendement des Obligations Assimilables du Trésor qui leur servent de référence.

Ainsi, en avril 2016, la France est parvenue à placer des OAT à 10 ans au taux de 0,43 %, un niveau plancher.

Taux de refinancement à 0 %, un piège bancaire ?

Si elle favorise de nouvelles baisses des conditions de crédit, dont les entreprises tireront parti, certains experts considèrent néanmoins que la BCE joue avec le feu en employant une politique de taux 0.

Selon eux :

  • les taux d'intérêt négatifs dans la zone euro posent un problème majeur aux banques, car ils ramèneraient leurs marges bénéficiaires à un niveau insoutenable à long terme ;
  • les banques auraient des difficultés croissantes à gagner de l’argent avec les liquidités de leurs clients qu’elles replacent à des taux trop faibles pour tenir le rendement élevé promis à leurs clients.

Pour aller plus loin :

  • Pour tout savoir sur l'Eonia, consultez notre article !
  • L'Euribor est un taux de référence du marché interbancaire européen. Il représente le taux d'intérêt auquel les banques européennes se prêtent des fonds entre elles à court terme. Rendez-vous sur notre page dédiée.
  • Zoom sur le marché interbancaire, qui est une constituante du marché monétaire.

Ces pros peuvent vous aider