Association contre les abus bancaires

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en octobre 2020

Sommaire

Anomalie sur un compte bancaire, frais dont l’origine reste obscure, facturation d’agios excessive : les associations contre les abus bancaires sont là pour protéger les usagers contre les dérapages.

Deux familles d’associations sont particulièrement actives :

  • celles qui comme l’UFC-Que choisir ont un spectre d’intervention à 360 degrés, mais qui font régulièrement un focus sur les abus bancaires ;
  • celles qui, à l’instar de l’Association française des usagers français (AFUB) se ont spécialisées dans ce domaine.

On vous présente ces associations et leur action.

Terrain d’action des associations contre les abus bancaires

Tous les ans, l’UFC-Que choisir relève de nombreux abus tarifaires en matière de services bancaires. Selon elle, certains prélèvements comme ceux liés à généralisation des frais de tenue de compte, aux virements SEPA, aux retraits payants dans les distributeurs d’un autre réseau, ou encore les paiements sans contact font fréquemment l'objet de facturations excessives.

L’UFC n’est pas la seule à relever un climat de défiance entre les français et leurs banques. Selon un sondage réalisé en 2017 par le cabinet h2/agency lors de l'entrée en vigueur de la loi Macron, 86 % des personnes sont d’accord avec l’affirmation suivante : « En matière de services bancaires, on paye toujours trop cher. On cherche toujours à nous arnaquer. »

Lorsque qu’un problème survient avec sa banque, la meilleure solution consiste à négocier à l’amiable avec son conseiller. Si celui-ci fait la sourde oreille, l’usager a la possibilité d’écrire au service relation clientèle ou de se tourner vers le médiateur de sa banque, Une fois saisi, il dispose d’un délai de deux mois pour répondre. Si le litige n’est pas réglé, le client mécontent peut alors se tourner vers une association à laquelle il soumettra le contentieux.

Associations généralistes contre les abus bancaires

L’usager a deux solutions :  

  • se tourner vers une association généraliste au sein de laquelle certains juristes traitent des problèmes bancaires ;
  • ou se tourner vers une association spécialisée.

Les associations généralistes agréées par les pouvoirs publics sont au nombre d’une quinzaine.

Parmi elles, l'UFC-Que Choisir et la CLCV traitent des problèmes de consommation au sens large.

CLCV (Consommation, logement, cadre de vie)

La CLCV (Consommation, logement, cadre de vie) est très active dans le domaine bancaire. Elle réalise notamment une enquête annuelle auprès de plus de 100 banques (de métropole et d’outre-mer) pour étudier les tarifs selon 3 profils de consommateurs. La CLCV s'est récemment penchée sur les frais liés aux incidents et sur les informations liées au découvert figurant dans les brochures tarifaires.

UFC-Que Choisir

Comment changer de banque ? Quels services offrent les banques en ligne ? Quelle carte bancaire doit-on choisir selon ses besoins ? Les tarifs bancaires sont-ils excessifs ?

Les experts de l’UFC-Que choisir ont réponse à la plupart des questions que se posent les usagers.

L’association appelle notamment à la portabilité du compte bancaire sur le modèle du téléphone mobile.

Associations spécialisées contre les abus bancaires

Les associations spécialisées contre les abus bancaires fournissent une puissance de frappe supplémentaire aux usagers en litige avec leur banque. Elles jouent à la fois un rôle d’expert en étudiant les dossiers, puis en aidant les usagers lésés à faire valoir leurs droits. Elles peuvent aussi lancer ou s’associer à des actions de groupe contre les banques.

Parmi les plus actives, on peut notamment citer l’AFUB et l’ADEFAB.

AFUB (Association française des usagers des banques)

L'AFUB (Association française des usagers des banques) est engagée dans la défense des usagers des banques et milite en faveur d’une meilleure médiation bancaire depuis des années. Elle tire périodiquement la sonnette d’alarme contre les abus bancaires et se porte aux côtés des usagers lorsqu'ils demandent aux tribunaux de faire valoir leurs droits.

ADEFAB (Association de défense contre les abus bancaires)

Partant du principe que « l'argent le plus facile à récupérer est celui que la banque n'a pas encore pris »,  l’Association de défense contre les abus bancaires a pour objectif de fournir aux usagers « les moyens de ne pas se faire avoir ». Chaque année, elle décerne un prix « pic-sou » et propose aux usagers de nombreuses lettres-types pour déposer une demande de dossier de surendettement, protester contre un refus d’ouverture de compte, etc.