Distributeur de billets

À jour en Février 2018

Écrit par les experts Ooreka

Le premier distributeur de billets (DAB) a vu le jour à Londres le 27 juin 1967. Depuis, les 57 000 DAB toujours en service dans l'Hexagone sont passés à l'ère numérique et permettent des retraits d'espèces 24 h/24 et 7 j/7.

L'avenir des DAB est aujourd'hui menacé par le recours croissant à la carte bancaire et par certaines pratiques délictueuses comme le « jackpotting ».

Bon à savoir : la directive européenne 2015/2366 du Parlement européen et du Conseil du 25 novembre 2015 concernant les services de paiement dans le marché intérieur permet aux commerçants (qui en font le choix) de fournir de l'argent liquide (jusqu'à 60 €) aux clients qui le souhaitent lors des paiements par carte bancaire. Cette pratique est communément appelée « cashback ». L'entrée en vigueur de la directive transposée par l'ordonnance n° 2017-1252 du 9 août 2017 est intervenue le 13 janvier 2017. Cependant, on constate que ce service n'est pas encore disponible concrètement : peu d'information des commerçants, pas de logiciel de caisse adapté, nécessaire changement de terminal bancaire, etc. À suivre, donc...

 

 

Distributeur de billets de banque : un cinquantenaire

Le premier DAB a vu le jour à Londres le 27 juin 1967 et il était installé sur le mur extérieur d'une agence de la Barclays. Aujourd'hui, ces machines sont présentes un peu partout sur le territoire, mais leur nombre diminue tous les ans. Plus de 1 000 machines ont disparu en 2016. À peu près autant en 2017 et la tendance future va au resserrement du parc qui totalise encore 57 000 machines.

Les DAB sont victimes de l'essor de la carte bancaire qui, avec le paiement sans contact, permet aux consommateurs de se passer d'espèces, même pour les petites emplettes.

Par ailleurs, l'entretien des DAB coûte cher et beaucoup de banques françaises, à l'instar des banques néerlandaises, tentent de les mutualiser afin de réduire les coûts.

Les DAB sont également menacés par le « jackpotting ». Cette technique consiste à pirater un DAB à l'aide d'une clé USB et d'un ordinateur portable. La caisse du DAB piratée distribue alors autant de billets que désiré par le fraudeur...

Distributeurs de billets de banque : un service limité

Le premier usage d'un DAB est de permettre aux usagers de retirer des espèces.

Il ne faut pas confondre DAB et GAB. Tout en offrant une possibilité de retrait d'argent 24 h/24 et 7 j/7, le guichet automatique de banque permet aussi de réaliser certaines opérations de banque : consultation d'un compte, édition d'un relevé, commande de chéquier, etc.

D'un usage plus limité, le DAB est voué à la distribution d'espèces. Certaines machines donnent la possibilité de choisir le type de coupures désiré, mais la plupart ne distribuent que des billets de 10 et 20 €.

Selon le niveau de la carte bancaire (basique, dorée, etc.), les plafonds de retraits sont plus ou moins élevé par opération, comme en montant cumulé sur les 7 derniers jours. Mais, avant d'autoriser un retrait, le DAB demande systématiquement une autorisation auprès de la banque du porteur.

Distributeurs de billets de banques : gare aux frais

Les retraits auprès d'un distributeur automatique de billets (DAB) de sa banque sont généralement gratuits, sans limitation de nombre.

En France

Lorsque vous retirez de l'argent auprès d'un distributeur automatique de billets rattaché à votre banque, cela ne vous coûte rien. Le coût des retraits est compris dans le coût de la carte bancaire. Cependant, selon votre banque et la formule dont vous disposez, les retraits auprès des DAB des autres banques peuvent être facturés :

  • vous pouvez être facturé dès le premier retrait ou passé un nombre de retraits défini (par exemple au-delà de 3 retraits par mois) ;
  • lorsqu'il est facturé, un retrait dans un distributeur de billets auprès d'une autre banque coûte en moyenne 0,80 €.

Bon à savoir : la plupart des banques ne facturent pas de frais pour les retraits extérieurs effectués par les porteurs de cartes bancaires de milieu/haut de gamme.

C'est du côté des banques en ligne qu'il faut se tourner pour échapper totalement à ces frais : la plupart d'entre elles ne disposent pas de réseau « en dur ». Aussi, autorisent-elles les retraits sans frais partout.

Bon à savoir : vérifiez bien les conditions tarifaires de votre banque pour savoir si le retrait dans un DAB d'une autre banque est facturé ou non et sous quelles conditions.

À l'étranger

Lorsque vous retirez de l'argent dans un distributeur automatique de billets, les conditions tarifaires varient selon les pays :

  • dans un pays de la zone euro : les conditions sont les mêmes que pour les retraits en France ;
  • dans un pays hors de la zone euro : la banque applique généralement des frais fixes auxquels s'ajoutent des frais calculés en % du montant du retrait.

Bon à savoir : pour un retrait de 100 € dans un pays hors de la zone euro, il faut compter en moyenne 5 € de frais de retrait.

Comparez les banques et trouvez celle correspondant à vos attentes.

Comparer les banques

Pour aller plus loin


Vous cherchez une banque ?

Arrêtez de vous ruiner en frais bancaires !

Comparez et choisissez la meilleure offre.

Gratuit et sans engagement !



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides