Prêt immobilier en ligne

Écrit par les experts Ooreka

L'offre de prêts en ligne s'est étoffée. La plupart des banques en ligne offrent désormais ce produit d'appel à leurs clients. Le plus souvent afin de financer l'achat d'une résidence principale.

Prêt immobilier en ligne : une offre attractive

Selon, une récente étude de la banque HSBC, 93 % des Français recherchent les logements disponibles grâce à des outils en ligne qu'ils utilisent aussi pour s'informer sur les prix (90 %). Ils ne sont en revanche que 64 % à se renseigner sur le crédit immobilier et les solutions de financement en ligne. (Sources : « L'émergence de la Proptech dans le processus d'acquisition immobilière » , juillet 2017)

Après Boursorama, qui a joué un rôle de pionnier sur ce type de financement, Axa Banque, BforBank, Fortuneo, Hello Bank et ING Direct proposent aujourd'hui des prêts immobiliers en ligne.

Services immobiliers innovants

Pour attirer les candidats emprunteurs, les banques digitales mettent l'accent sur le « PropTech », à savoir des services immobiliers innovants. Ils vont des calculettes de prêt en ligne, aux assistants virtuels facilitant la rédaction des documents administratifs et juridiques en ligne. Dans bien des cas, un accord de principe peut-être obtenu une fois le dossier de demande rempli en ligne.

Taux attractifs

Outre cette facilité d'usage, c'est sur des taux d'appels attractifs que les e-banques tablent pour étoffer leurs parts de marché. Ils permettent de s'endetter à des conditions compétitives entre 7 et 25 ans.

Exemple : 1,5 à 1,7 % (TAEG annuel) sur 15 ans à la rentrée 2017, soit quelques points de base de moins que dans le circuit traditionnel.

Les plafonds de prêt sont élevés. Ils peuvent atteindre 1,5 million d'euros.

Avantages financiers

Concurrence oblige, certains financeurs acceptent de prêter même si le candidat ne dispose pas d'un apport personnel autre que celui permettant de régler les frais de garantie et de notaire. La domiciliation du compte courant n'est pas exigée bien qu'à compter du 1er janvier 2018 (ordonnance n° 2017-1090 du 1er juin 2017), une banque puisse exiger cette domiciliation (à concurrence de 10 ans) si elle accorde un avantage tarifaire à son client.

Toujours afin de creuser la différence avec les établissements traditionnels, la majorité des banques digitales ne facturent pas de frais de dossier. À certaines conditions, elles renoncent aussi à réclamer des indemnités en cas de remboursement anticipé du prêt. Les rachats de prêts sont possibles.

Crédit immobilier en ligne : quelques contraintes

Les prêts sont généralement réservés à l'acquisition d'une résidence principale et ne permettent pas d'acheter en VEFA (Vente en état futur d'achèvement) ou de financer une construction individuelle, car les e-banques préfèrent s'en tenir à des prêts de « base » plus faciles à gérer en ligne. 

Pour les mêmes raisons, les financements à étages réglementés (PTZ, PAS, etc.) ou la souscription d'un prêt relais sont possibles, mais peu fréquents.

Enfin, le taux des offres en ligne est rarement négociable et, même si elles permettent d'échapper aux rendez-vous fastidieux dans une agence bancaire, le défaut de conseil pourra rebuter les emprunteurs les moins avertis. 

Les prêts immobiliers en ligne sont-ils sûrs ?

Les droits de l'emprunteur sont identiques quel que soit le réseau de distribution auprès duquel il s'endette. Les banques sont donc tenues d'informer leurs clients des conséquences liées à un emprunt en ligne et d'évaluer sa solvabilité avant de lui prêter de l'argent.

Solvabilité du client en cas de prêt en ligne

Officiellement, ces e-prêts sont accessibles à tous les types de clientèles, de préférence avec un CDI et dans une limite d'âge qui peut parfois dépasser 70 ans (Fortuneo). Même si aucun taux d'endettement maximum n'est affiché, 33 % du revenu disponible net reste la norme. Des exceptions sont possibles, notamment lorsque les emprunteurs disposent de hauts revenus ou de sécurités financières : épargne de précaution, portefeuille de valeurs mobilières, etc. 

À noter : souscrire à une offre en ligne permet rarement de s'exonérer de paperasse à 100 %. Si, de la demande au montage, les démarches s'effectuent au clavier, certains justificatifs (contrat de travail, bulletins de salaire, avis d'imposition, etc.) sont à fournir sous forme de scans ou de photocopies lors de la finalisation de l'offre.

Processus du prêt en ligne

Concrètement, le processus se déroule en 3 étapes :

  1. Remplir le formulaire en ligne : le demandeur remplit les champs avec les informations requises pour obtenir une proposition personnalisée. Il faut compter une bonne demi-heure. Les questions portent notamment sur la nature du projet immobilier (acquisition, rachat, etc.) et la situation professionnelle et financière des emprunteurs. L'exercice se termine par une simulation en ligne que l'emprunteur confirme si elle lui convient. Les différentes pièces justificatives demandées sont à fournir par scan.
  2. Choisir le niveau d'assurance : en fin de formulaire, le candidat est invité à choisir entre plusieurs types d'assurance selon le degré de protection qu'il souhaite :  garantie contre le risque de décès, de perte d'autonomie, d'incapacité de travail, de perte d'emploi, etc.
  3. Évaluer les propositions de financement : une fois que la banque en ligne a mouliné les informations fournies, elle envoie une (ou plusieurs) proposition(s) de financement au candidat sous format PDF, s'il répond aux critères de solvabilité. Le délai d'instruction du dossier est généralement de 48 heures.

Bon à savoir : ce document peut éventuellement être produit auprès d'un banquier traditionnel pour l'inciter à baisser ses taux.

Quand le dossier est sur les rails, il est possible de suivre son avancement en temps réel. L'opération peut parfois être finalisée avec une signature électronique.

Garantie du prêt en ligne

Contrairement aux banques traditionnelles qui sécurisent les prêts accordés grâce à une hypothèque ou une caution, la plupart des banques en ligne n'acceptent que la seconde solution. Cette caution devra être garantie par le Crédit Logement, une société de financement dont les actionnaires sont les grandes banques françaises.

À noter : près de 6 crédits sur 10 sont aujourd'hui sécurisés grâce à ce mécanisme selon une enquête de l'ACPR (Autorité de contrôle prudentiel et de résolution) réalisée à l'été 2017.

Rappel : avec une caution, une partie de la somme virée au fonds mutuel de garantie est restituée à l'emprunteur en fin du prêt (ou de la vente du bien), alors que les frais d'hypothèques sont versés à fonds perdus.


Pour aller plus loin


Vous cherchez une banque ?

Arrêtez de vous ruiner en frais bancaires !

Comparez et choisissez la meilleure offre.

Gratuit et sans engagement !



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides