Taux bancaire

À jour en Février 2018

Écrit par les experts Ooreka

Les taux bancaires désignent les conditions financières auxquelles les institutions financières prêtent de l'argent à leurs clients. Le niveau des taux bancaires (crédits immobiliers, crédits à la consommation, etc.) est conditionné par celui des taux directeurs de la Banque centrale européenne (BCE).

 

 

Fixation des taux bancaires

Les taux directeurs des banques centrales sont au nombre de 3 : le taux de refinancement, le taux de rémunération des dépôts et le taux du prêt marginal.

Pour les particuliers, le taux de refinancement (« taux repo » ou « taux refi ») est le plus important. Il correspond aux conditions auxquelles les banques commerciales empruntent des liquidités à la Banque centrale européenne avant de reprêter cet argent aux entreprises et aux particuliers en y ajoutant une marge.

À noter : en mars 2016, le taux de refinancement de la Banque centrale européenne a été abaissé à 0 %, son plus bas niveau historique. C'est la raison pour laquelle, les taux des crédits immobiliers ou ceux des prêts à la consommation sont actuellement aussi faibles.

Bon à savoir : calculés quotidiennement par la BCE, les taux du marché interbancaire déterminent les conditions auxquelles les banques se prêtent de l'argent entre elles : Euribor (1 mois, 3 mois, 6 mois, etc.), Eonia (24 heures). Ces taux servent de référence pour déterminer le taux des livrets d'épargne réglementés comme le Livret A.

Principaux taux bancaires

Les principaux taux que les banques proposent aux particuliers sont les suivants :

  • le taux de base bancaire (TBB) : il s'agit du taux d'intérêt annuel fixé par une banque et servant de base au calcul du prix de certains crédits. Il est fixé en fonction du taux du marché monétaire. En principe, chaque banque fixe librement son taux de base ; en pratique, il est arrêté en concertation avec les autorités monétaires. Le TBB sert de référence à la tarification d'environ 1/3 des crédits à court et moyen terme consentis aux PME ;
  • le taux d'usure : depuis le 1er juillet 1990 est considéré comme usuraire tout prêt conventionnel consenti à un taux effectif global dépassant de plus d'1/3 le taux effectif moyen pratiqué au cours du trimestre précédant par les établissements de crédit pour les opérations de même nature. Les taux d'usure sont calculés chaque trimestre par la Banque de France ;

Exemple : fin 2017, le taux de l'usure était de 3,07 % pour les prêts à taux fixe d'une durée comprise entre 10 ans et moins de 20 ans.

  • le taux annuel effectif global (TAEG) : il intègre l'ensemble des intérêts, frais, commissions ou rémunérations liés à un crédit. Il comprend aussi les primes d'assurances dont la souscription a été imposée par le prêteur. Image fidèle du coût total d'un crédit, ce taux permet de comparer les offres entre elles.

Différents types de taux bancaires

Un taux bancaire détermine (en pourcentage du montant total), la rémunération versée par l'emprunteur au prêteur. Ce taux est souvent fixé en référence à l'Euribor.

Catégories de taux bancaires

Les taux bancaires sont globalement divisés en 2 catégories :

  • le taux fixe : il n'évolue pas pendant toute la durée du crédit. L'emprunteur connaît dès le début la somme totale à verser au prêteur. Les taux fixes sont sûrs, même si les mensualités sont comparativement légèrement plus élevées qu'avec un prêt à taux variable ;
  • le taux variable : le taux d'intérêt, et donc les mensualités, sont susceptibles de variations à la hausse comme à la baisse. Ces variations sont fonction de l'évolution d'un indice de référence. Pour limiter les risques, ces taux peuvent être « capés » : leur niveau ne peut pas dépasser un plafond (ou un cap) fixé lors de la souscription.

Méthodes de calcul des taux d'intérêt

Il existe plusieurs méthodes de calcul des taux d'intérêt. Les principaux taux d'intérêt bancaires sont simples ou composés :

  • les intérêts sont considérés comme « simples » s'ils sont calculés uniquement sur le capital initial, sans prendre en compte les intérêts antérieurs. Ils sont utilisés dans les opérations financières de court terme, notamment le découvert et la remise à l'escompte d'un effet de commerce ;
  • les intérêts sont composés lorsqu'à la fin de chaque période (par exemple un an), les intérêts générés sont ajoutés au capital pour produire de nouveaux intérêts, par exemple sur un contrat d'assurance-vie. C'est l'effet boule de neige : les intérêts génèrent à leur tour d'autres intérêts, et ainsi de suite.

 

 

Comparez les banques et trouvez celle correspondant à vos attentes.

Comparer les banques

Pour aller plus loin


Vous cherchez une banque ?

Arrêtez de vous ruiner en frais bancaires !

Comparez et choisissez la meilleure offre.

Gratuit et sans engagement !



Tatie Jeanine n’aura plus le dernier mot

En vous inscrivant, profitez en exclu de nos services gratuits :

(Promis, on ne vous spammera pas)

OK
Surveillez votre boite mail, vous allez bientôt recevoir notre newsletter !

Liens rapides