Ouvrir un compte en Belgique

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en octobre 2020

Sommaire

Ouvrir un compte en Belgique

Téléchargez cette fiche gratuite au format pdf

  • Rédigé par des professionnels
  • Un accompagnement étape par étape
  • La liste de matériel si nécessaire
Télécharger la fiche

Ouvrir un compte en Belgique est réputé très simple, même pour un non-résident. Que vous soyez transfrontalier, investisseur ou interdit bancaire en France, ouvrir un compte en Belgique peut présenter plusieurs avantages et faciliter vos opérations courantes.

Les conventions proposées par les banques belges sont similaires à celles que vous pouvez avoir en France. Toutefois, une particularité en Belgique : les banques ne proposent pas de chèques.

Voici comment ouvrir un compte en Belgique.

1. Choisissez entre banque en ligne et banque traditionnelle

Vous pouvez choisir la banque que vous souhaitez, en fonction notamment des services proposés pour les non-résidents.

Dans une banque traditionnelle

Si vous êtes client d'une banque française qui a une filiale en Belgique, rapprochez-vous de votre conseiller clientèle afin de vous aider dans les démarches d'ouverture en Belgique.

Les banques traditionnelles exigeront que vous vous déplaciez sur place pour ouvrir un compte. Il n'est donc pas possible d'ouvrir un compte à distance.

Dans une banque en ligne

Comme dans la plupart des pays, le « home banking » ou banque en ligne s'est développé en Belgique. Généralement, vous pourrez commencer la procédure d'ouverture du compte en ligne en remplissant le dossier d'ouverture sur le site Internet. Toutefois, dans la plupart des cas, l'ouverture ne sera validée qu'après un entretien avec un conseiller clientèle en Belgique.

Passer par un intermédiaire

Des cabinets proposent, contre rémunération, de vous assister dans l'ouverture d'un compte en Belgique.

2. Réunissez les documents nécessaires pour ouvrir un compte en Belgique

Peu de documents sont à fournir à l'ouverture du compte en Belgique :

  • une pièce d'identité en cours de validité (carte nationale d'identité ou passeport) ;
  • un justificatif de domicile.

Des justificatifs de revenu pourront vous être également demandées, notamment si vous demandez des autorisations de découvert. À l'ouverture du compte, aucun montant minimum de versement n'est exigé par les banques belges.

3. Renseignez-vous sur le fonctionnement de votre compte belge

Comme pour toute ouverture de compte, étudiez la convention de compte proposée par la banque. Des autorisations de découvert sont possibles dès l'ouverture du compte, mais il sera nécessaire de justifier de revenus réguliers. À noter que les frais de découvert sont approximativement de 10 % et que le découvert ne peut généralement excéder 90 jours.

S'agissant des moyens de paiement :

  • Vous recevrez une carte bancaire de débit : une consultation systématique du compte est faite automatiquement avant validation du paiement.
  • Un numéro IBAN (international bank account number) vous est attribué pour recevoir des virements de n'importe quel pays.
  • En revanche les banques belges ne délivrent pas de chéquier.

4. Déclarez votre compte belge à l’administration fiscale

Les contribuables domiciliés en France doivent déclarer à l'administration fiscale les comptes « ouverts, détenus, utilisés ou clos » à l'étranger (article 1649 A du CGI). Cette nouvelle formulation, issue de la loi n° 2018-898 du 23 octobre 2018 relative à la lutte contre la fraude, englobe à compter du 1er janvier 2019 les comptes inactifs ou acquis suite à une donation ou à un héritage. 

Le montant des sommes détenues sur le compte ne vous sera cependant pas demandé. Retrouvez le formulaire de déclaration sur le site impots.gouv.fr. Si vous ne le faites pas, vous encourez une amende de 1 500 € par compte non déclaré.

De plus, si l’administration fiscale vous adresse un rappel pour vous contraindre à déclarer un compte détenu à l’étranger pour lequel vous n’avez pas rempli vos obligations déclaratives, vous vous exposez à une majoration de 80 % de l’impôt normalement dû. Cette majoration s’applique à l'impôt sur le revenu, l'impôt de solidarité sur la fortune et les droits de mutation à titre gratuit.