Comment ouvrir un compte au Maroc

Rédigé par des auteurs spécialisés Ooreka  À jour en décembre 2018

Sommaire

Comment ouvrir un compte au Maroc

Téléchargez cette fiche gratuite au format pdf :

  • Rédigé par des professionnels
  • Un accompagnement étape par étape
  • La liste de matériel si nécessaire
Télécharger la fiche

Que vous soyez investisseur immobilier au Maroc, salariés ou retraités installés au Maroc, multiples sont les raisons d'ouvrir un compte dans une banque marocaine.

Si l'ouverture d'un compte n'est pas obligatoire dans le cadre d'une installation au Maroc, elle est rapidement rendue nécessaire pour les opérations du quotidien.

La procédure d'ouverture est relativement simple. Quelques spécificités du système bancaire doivent toutefois être connues pour optimiser la gestion de vos comptes, notamment si vous avez à la fois des ressources françaises et marocaines.

Voici comment ouvrir un compte au Maroc.

Zoom sur l’ouverture d'un compte hors zone SEPA

Le Maroc n'est pas dans la zone SEPA ; zone regroupant 33 des pays de l'Union européenne zone euro, de l'Union européenne hors zone euro et de l'AELE (Association européenne de libre-échange).

Les frais pour les transferts d'argent hors la zone SEPA peuvent être particulièrement élevés. Renseignez-vous dans votre banque d'origine, auprès de votre conseiller clientèle, du coût des services internationaux.

Les frais de transfert de votre banque d'origine à la banque marocaine peuvent donc être également particulièrement élevés, notamment en cas de transfert de somme importante pour un achat immobilier, par exemple.

Parmi les nombreuses banques au Maroc, beaucoup sont des filiales de banques françaises. Aussi, prenez contact avec votre banque d'origine ; en cas de partenariat, l'ouverture du compte peut être facilitée et les frais diminués.

La monnaie locale est le dirham. Outre les frais des services internationaux, vous serez exposé au taux de change.

1. Choisissez entre un compte en dirham convertible et non convertible

Vous aurez à opter entre un compte en dirhams convertibles et un compte en dirhams non convertibles, réservé uniquement aux détenteurs d'une carte de séjour.

Le compte en dirhams convertibles

Le compte en dirhams convertibles est alimenté en devises ; il permet d'effectuer les opérations en dirhams au Maroc et d'opérer des transferts de devises à l'étranger.

Ce compte est le plus pratique si vous avez des intérêts à la fois au Maroc et en France.

Le compte en dirhams non convertibles

Le compte en dirhams non convertibles est réservé uniquement au détenteur d'une carte de séjour. Vous ne pourrez pas faire de virement étranger avec ce compte, contrairement à celui en dirhams convertibles.

Les transferts d'argent pourront donc engendrer des frais importants. Avant de choisir entre ces deux comptes, étudiez précisément les opérations bancaires que vous aurez à faire.

2. Choisissez votre banque marocaine

Vous constaterez la présence d'un certain nombre de filiales étrangères de banque française au Maroc. Contactez éventuellement votre conseiller financier ; l'ouverture d'un compte marocain dans une filiale de votre banque en France peut vous faciliter les démarches.

Que vous optiez pour une filiale de votre banque ou un autre établissement, privilégiez la proximité géographique. La plupart de vos opérations courantes et vos dépôts ne pourront, dans la plupart des cas, être réalisés uniquement au niveau du guichet où vous avez ouvert votre compte.

3. Réunissez les documents nécessaires à l’ouverture d’un compte

Chaque situation étant particulière, vérifiez auprès de l'établissement quels sont les document que vous devez fournir.

Toutefois, vous pouvez déjà préparé:

  • votre carte de séjour ;
  • ou votre passeport ou justificatif d'identité en cours de validité ;
  • un justificatif de domicile ou un bail légalisé.

 

4. Renseignez-vous sur le fonctionnement de votre compte

Que vous optiez pour un compte en dirhams convertibles ou non convertibles, vous pourrez disposer de :

  • relevé de compte ;
  • un chéquier et une carte de débit ;
  • prélèvements automatiques ;
  • la domiciliation bancaire de vos revenus.

Les commerçants peuvent prendre une commission lors de vos paiements par carte bancaire ; demandez au commerçant si une commission est prélevée avant chaque transaction.

5. Non-résident : déclarez votre compte à l'administration fiscale française

Les contribuables domiciliés en France doivent déclarer à l'administration fiscale les comptes « ouverts, détenus, utilisés ou clos » à l'étranger (article 1649 A du CGI). Cette nouvelle formulation, issue de la loi n° 2018-898 du 23 octobre 2018 relative à la lutte contre la fraude, englobe à compter du 1er janvier 2019 les comptes inactifs ou acquis suite à une donation ou à un héritage.

Le montant des sommes détenues sur le compte ne vous sera cependant pas demandé. Retrouvez le formulaire de déclaration sur le site impots.gouv.fr. Si vous ne le faites pas, vous encourez une amende de 1 500 € par compte non déclaré.

De plus, si l’administration fiscale vous adresse un rappel pour vous contraindre à déclarer un compte détenu à l’étranger pour lequel vous n’avez pas rempli vos obligations déclaratives, vous vous exposez à une majoration de 80 % de l’impôt normalement dû. Cette majoration s’applique à l'impôt sur le revenu, l'impôt de solidarité sur la fortune et les droits de mutation à titre gratuit.